Les 10 raisons pour lesquelles l’approche « le meilleur de sa catégorie » ne peut plus être la norme en TI.

Pour ceux qui font de l’architecture informatique depuis assez longtemps, vous vous rappelez sûrement l’époque où nous choisissions nos technologies parmi les technologies les plus « hot » dans le quadrant de Gartner. Mais depuis, les temps ont changé et le marché aussi, je vais donc vous partager les 10 raisons pour lesquelles l’approche « Le meilleur de sa catégorie » ne devrait plus être utilisée.

10.Pour avoir une meilleure gestion des contrats.

Les départements informatiques importants ont besoin de ressources spécialisées pour gérer les fournisseurs. Connaissez-vous le montant dépensé par votre entreprise pour s’assurer que les ententes avec vos fournisseurs sont correctement gérés ? Si vous avez choisi de déployer 30 technologies différentes, êtes-vous certain qu’elles sont toutes utilisées à leur plein potentiel ? Ou n’utilisez-vous, comme la plupart des gens, que 10 % de leurs potentiels ?

Un jour, j’ai été amené à faire cette réflexion pour un ministère, et si nous options pour la « meilleure » solution, nous nous retrouvions avec 45 contrats. Si nous nous concentrions sur l’interopérabilité et les écosystèmes, nous n’avions plus que 2 contrats. Pour arriver à ce résultat, je ne choisissais pas seulement des fournisseurs situés dans le quadrant des leaders, mais bien en choisissant des fournisseurs qui pouvaient se trouver dans n’importe lequel des quadrants.

9. Pour baisser les coûts récurrents

Si vous prenez le temps de regarder les coûts d’exploitation de toutes les solutions que vous utilisez ; que voyez-vous ? J’ai pour ma part très souvent constaté que pour un grand nombre d’entreprises, la plus grande partie de leur budget sert à garder les « lumières allumées ». Ce que j’entends par là, c’est qu’il faut souvent une grosse équipe pour garder tous ces systèmes déployés afin de payer tous les coûts récurrents. Et finalement, ce que cela signifie pour votre entreprise c’est que plus vous avez de technologies, plus vos équipes informatiques manquent d’oxygène et moins elles ont la possibilité d’innover.

8. Parce que la cybersécurité préfère la simplicité

La première question à se poser ici est : comment sécuriser quelque chose que l’on ne comprend pas ? Vous pouvez ensuite aller plus loin et vous demander : comment survivre à une attaque si vous n’avez qu’une vue partielle de vos systèmes ? Certains de vos systèmes sont-ils externalisés, ce qui veut dire qu’ils ne sont même pas gérés par votre équipe ?

Les fondements de la cybersécurité exigent que vous ayez cette connaissance de vos différents systèmes et de vos données.

Pour avoir une visibilité de vos différents systèmes, il faut qu’ils vous fournissent l’information sous forme de journaux. Pouvez-vous imaginer la complexité de rassembler tous ces différents journaux dans une vue unifiée ? Une fois ce travail effectué il faut encore s’assurer de donner un sens aux informations colligées. La complexité liée à un trop grand nombre de systèmes tue le charme de votre cybersécurité.

7. Pour répondre aux normes et règles de conformité

Pour faire une différence avec la concurrence, un grand nombre d’organisations n’hésitent pas à se faire auditer. Que cela soit pour obtenir une certification ISO, pour démontrer la solidité de leur sécurité, ou pour seulement démontrer qu’elles sont bien gérées.

De plus, selon votre marché, vous pourriez devoir être conforme à certaines règles de conformité. Mais de toute façon, quel que soit le marché il y a toujours des règles qui doivent être validées. Si vos données sont réparties dans de nombreux systèmes, comment leur donner un sens ? Comment les présenter facilement aux auditeurs ?

Parmi les règles de plus en plus courantes, il y a celle qui exige que vos données restent dans le pays d’exploitation de votre entreprise. Mais avec tous les services infonuagiques qui existent, êtes-vous certain à 100 % de savoir où se trouvent vos données ?

6. Pour de meilleures relations avec vos fournisseurs

Pensez-vous que des relations longues et profondes peuvent naitre de Tinder ?

Alors pourquoi traitez-vous les relations avec vos fournisseurs comme s’il s’agissait de transactions à usage unique ?

Les meilleurs partenariats de ma carrière étaient tous fondés sur le respect, la confiance et la transparence. Ces valeurs sont nécessaires si vous souhaitez vous engager sur le long terme et la relation doit les refléter.

Si vous décidez d’y aller pour le prix le plus bas, cela se traduira très probablement une mauvaise relation – une relation mutuellement destructive sans valeur ajoutée.

5. Pour éviter les cauchemars d’intégration

Avez-vous déjà essayé d’entrer des chevilles carrées dans des trous ronds ?

Dans le domaine de la technologie, cela se produit tous les jours, en particulier avec cette grande diversité de fournisseurs. Il n’existe aucune norme établie et chaque fournisseur amène ses propres normes.

Quel est l’impact pour vous ?

  • Vous ne pouvez pas intégrer facilement les données dans vos systèmes de surveillance.
  • Le modèle de sécurité ne contiendra pas toutes les données dont vous avez besoin pour écarter les menaces.
  • Vous aurez besoin d’un modèle de sécurité différent
  • Il ne pourra pas être entièrement sauvegardé par vos systèmes d’entreprise. À moins qu’il n’existe un module complémentaire, que vous serez dans l’obligation d’acheter.

Et ainsi de suite.

4. Pour éviter des exigences divergentes

Disons que vous êtes une entreprise qui tourne sur Microsoft et que vous disposez d’un backend de base de données normalisé qui fonctionne sur SQL Server. Que se passe-t-il lorsqu’une autre division lance un appel d’offres pour un ERP et que le gagnant exige Oracle?

Le lendemain, vous vous retrouvez avec deux bases de données dorsales que vous devez maintenir, sauvegarder et exploiter.

De plus, vous avez maintenant besoin d’un DBA Oracle puisque vous avez des données critiques sur cette plate-forme et votre DBA SQL Server est peut-être excellent, mais il ne parle certainement pas Oracle.

Ceci n’est qu’un exemple, mais cette situation peut s’appliquer aux systèmes d’exploitation, aux plates-formes, aux navigateurs, etc.

3. Parce que les incompatibilités engendrent des instabilités

Lorsque l’on introduit des systèmes qui ne sont pas compatibles entre eux, cela engendre presque toujours des problèmes.

Si nous reprenons le cas mentionné dans le point 4, cette entreprise qui tourne sur Microsoft avec une image de bureau normalisée. Vous introduisez un nouveau système de mission qui n’est pas compatible avec Windows. Vous devez alors déployer un client issu d’un écosystème étranger sur les postes de travail.

Que pensez-vous qu’il va se passer ? Cela déstabilisera l’environnement, que ce soit à court ou à long terme, l’écosystème va être pollué.

Un matin, un message d’erreur apparaîtra sur vos ordinateurs de bureau. Ces mêmes ordinateurs qui fonctionnaient très bien la semaine dernière vont soudainement commencer à avoir des comportements anormaux, sans raison apparente.

2. Pour mettre en place un plan harmonieux

Avez-vous déjà construit une maison ou même un meuble IKEA sans plan ? C’est un peu comme vous offrir le Faucon Millenium en puzzle 3D, mais sans les instructions.

Mais la question est la suivante : pourquoi essayer de le construire sans plan ?

Très souvent, lorsque je regarde un environnement informatique, j’ai le sentiment de feuilleter un catalogue improvisé. Tout, jusqu’à l’évier de cuisine, est personnalisé.

Comment sommes-nous censés créer l’harmonie à partir de cela ?

Il existe 3 raisons à ce problème.

  1. L’approche du « Meilleur de sa catégorie »
  2. L’approche du plus bas soumissionnaire
  3. L’égalité dans le traitement des fournisseurs dans l’entreprise.

Tout ceci donne finalement une infrastructure informatique médiocre.

 1.Pour pallier à la pénurie de talents.

Les départements TI ont de plus en plus de mal à embaucher. Et plus vous avez de technologies différentes, plus il vous faudra de personnel. Car il est humainement impossible, de maîtriser 30 technologies différentes. « L’expertise, c’est comme la confiture ; plus on l’étale, moins on en a ! »

Alors, pourquoi demander à vos équipes TI de maîtriser autant de technologies ?

Vous ne pourrez pas retenir vos ressources si vous leur demandez de maintenir 30 technologies, surtout si ces technologies sont « presque » dépassées.

Envisageriez-vous encore aujourd’hui de mettre vos compétences Novell 4.11 dans votre CV ? Répondriez-vous à une offre d’emploi qui vous demande vos talents Novell ? J’imagine que non !

Ne craignez pas le verrouillage des fournisseurs !

Vous êtes inquiets qu’en limitant le nombre de vos fournisseurs, vous vous retrouviez coincé dans un seul écosystème ?

Ne vous inquiétez pas, les choix de vos fournisseurs doivent être opérationnels. Si vous avez bien suivi toutes les raisons que j’ai mentionnées ci-dessus, vous avez compris que vous devez de toute façon commencer vos efforts de modernisation par la création d’un plan. Ce plan vous permettra de mieux harmoniser vos systèmes. Cela réduira considérablement vos instabilités et rendra vos systèmes plus sûrs. La réduction du nombre de fournisseurs vous permettra également de gérer mieux votre environnement informatique puisque votre équipe pourra avoir de meilleures relations avec ce petit nombre de fournisseurs. Ils auront moins de technologies à maîtriser et moins de langage à apprendre !

Conclusion

Le passé n’est pas garant de l’avenir, je vous le concède, mais vous devez quand même apprendre du passé

Vous n’aurez pas le choix de moderniser et transformer votre infrastructure informatique, et pour ce faire, vous devez appliquer la règle des leçons apprises afin de ne pas répéter les mêmes erreurs.

Pensez-y, si vous mettez en place des règles et des principes qui vous protègent, si vous faites ce qu’il faut pour que votre environnement reste normalisé pour au moins pour les 5 à 10 prochaines années. Et si par la même occasion vous pouviez améliorer la vie de votre équipe TI en la formant à des technologies passionnantes et en leur proposant des projets stimulants tout en leur donnant les moyens de faire une différence.

Je suis impatient de voir le type de commentaires et de réactions que cet article suscitera.

Il est possible que vous trouviez que je vais à l’encontre du dogme, mais selon moi, même un dogme doit apprendre, grandir et changer !

Bonne semaine à tous.